Viande, poisson, œuf : 1 à 2 fois par jour

En quelle quantité ?

Il est recommandé de consommer de la viande, du poisson ou des œufs, 1 à 2 fois par jour. En ce qui concerne le poisson, c’est 2 fois dans la semaine que le PNNS recommande d’en consommer. Une portion de viande ou de poisson équivaut à 100 g, soit par exemple un steak haché, une cuisse de poulet, une escalope de dinde, 2 tranches de jambon blanc, un petit pavé de saumon….

Pour les œufs, il faut compter environ 2 œufs pour faire une portion... Attention, les enfants n’ont pas les mêmes besoins qu’un adulte : par exemple, la portion conseillée de viande, poisson ou œuf d’un enfant de 3 ans est d’environ 50 g.

Pourquoi en consommer ?

Parce qu’ils nous apportent des protéines d’excellente qualité. La viande et le poisson apportent également du fer. Le poisson, notamment les poissons dits « gras » (saumon, maquereau, sardine, hareng…) nous apportent des matières grasses essentielles (comme les Oméga 3) dont le rôle protecteur sur le système cardio-vasculaire est reconnu.

Comment ?

Quel que soit le type de viande, favorisez au quotidien les morceaux les moins gras : poulet sans la peau, escalopes de volaille et de veau, filet maigre de porc, bavette, steak haché à 5 % de matières grasses, jambon blanc...Le poisson, pour sa part, est généralement moins gras que la viande.

Et lorsqu’on est végétarien ?

Alimentation végétarienne et équilibre nutritionnel peuvent aller de pair à condition d’appliquer certaines règles. Lorsqu’on élimine de son alimentation les produits carnés et le poisson, on limite l’apport de protéines.

Il est donc important de remplacer ces sources de protéines, en consommant par exemple : des œufs, des produits laitiers et notamment les fromages qui sont de bons compléments aux protéines végétales (apportées notamment par la consommation de céréales, de légumineuses, de soja…). De manière générale, il est intéressant de réaliser des associations d’aliments d’origine végétale et animale.

Et végétalien ?

Les personnes ne consommant aucun produit animal (ni viande, ni poisson, ni charcuterie, ni œuf, ni lait fromage yaourt ou produit laitier) risquent des carences graves en vitamine B12 conduisant à des anémies sévères : en effet seuls les produits animaux contiennent cette vitamine. Même en parvenant à diversifier suffisamment leur alimentation ces personnes doivent donc, en lien avec le médecin traitant, un diététicien ou un pharmacien, recevoir une supplémentation. Les femmes enceintes et allaitantes ayant une alimentation de type végétalien ou végane, mais aussi leurs jeunes enfants doivent bénéficier d’une attention médicale toute particulière compte tenu des difficultés que peut présenter un tel régime pour assurer la couverture des besoins nutritionnels.

Pour en savoir plus, téléchargez la fiche-conseil « Viandes, poissons, oeufs » (pdf - 946.48 Ko).

Envoyer l'article à un ami

* champs obligatoires